Infos météo Alpes européennes

Getty Images

Vacances : y aura-t-il de la neige en montagne ?

06/02/2020

Après un début d'hiver très arrosé, le mois de janvier a été très doux et surtout très sec, sauf dans l'extrême est des Pyrénées, où il a été au contraire exceptionnellement arrosé.

Un mois de février plus encourageant

Puis, tout début février, une perturbation neigeuse, d'activité modérée, a apporté dans les massifs (Corse exceptée) une couche de neige fraîche dès 700 m d'altitude, entre 2 et 25 cm selon l'altitude et le massif, ce qui a plus ou moins amélioré l'enneigement.

Les chutes de neige ont été abondantes depuis le début de l'hiver dans les Alpes en altitude. Mais les vents forts ont souvent transporté la neige, comme c'est le cas sur cette photo de hauts sommets du massif de Belledonne (Isère), prise le 5 février 2020. © Daniel Goetz.

L'enneigement de ce début février présente une physionomie différente selon le massif et l'altitude :

  • dans les Alpes, il est dans l'ensemble très satisfaisant, mais il reste déficitaire en dessous de 1600 m environ, s'améliorant rapidement avec l'altitude, pour devenir excédentaire au-dessus de 1800 à 2000 m ;
  • en Corse, le manque de neige persiste, il faut monter vers 1700 m pour trouver un peu de neige et ce n'est qu'à l'approche des plus hauts sommets que l'enneigement est relativement abondant ;
  • dans les Pyrénées, il est nettement déficitaire dans les deux tiers ouest de la chaîne, sauf à haute altitude, au-dessus de 2200 m environ, où il est assez proche des normales ; dans le tiers est de la chaîne, l'enneigement est abondant, suite au passage de la tempête Gloria ;
  • dans les massifs de moyenne montagne, l'enneigement reste maigre, malgré les récentes chutes de neige. Il est toutefois un peu meilleur dans les pentes des plus hauts sommets.

Par ailleurs, une caractéristique de l'enneigement commune à tous les massifs est une épaisseur de neige très irrégulière aux altitudes élevées, car le vent a très souvent dégarni les crêtes et les zones exposées au vent, tandis que les pentes à l'abri sont au contraire bien enneigées.

Le manteau neigeux

Le manteau neigeux en montagne peut évoluer rapidement en fonction des conditions météorologiques.

Cette évolution peut être suivie sur notre site Internet, rubrique
« Montagne »
, ainsi que sur les applications mobiles de Météo-France, dont l'application Météo Ski.

Les Alpes françaises et le Jura enneigés, vus par le satellite Suomi-NPP, le 5 février 2020. © Météo-France.

Alpes du Nord

La perturbation du 4 février a apporté le plus généralement entre 10 et 20 cm de neige sur les massifs, parfois un peu plus, 25 à 30 cm.
Ainsi, si l'enneigement peut être qualifié de tout à fait satisfaisant dans son ensemble, il présente en fait une physionomie différente selon l'altitude : inférieur à la normale en dessous de 1600 m, voisin dans la tranche d'altitude 1600-1900 m environ, supérieur au-dessus.
Il débute partout vers 700 m dans les versants nord, 800 à 1000 m dans les versants sud.
À 1000 m, l'épaisseur de neige au sol est modeste : le plus souvent autour de 15 cm dans les Savoies, 5 cm en Isère et dans la vallée de la Maurienne.

À 1500 m d'altitude, elle est très correcte en versant nord : généralement comprise entre 60 et 80 cm, un peu moins toutefois dans le sud de l'Isère, et au contraire un peu plus, 90 cm à 1,20 m, dans le Beaufortain et en Haute-Savoie. En versant sud, elle est nettement plus faible : 10 à 25 cm, sauf en Haute-Savoie où elle est comprise entre 55 et 70 cm.

À 2000 m, les épaisseurs de neige en versant nord sont partout importantes, comprises entre 90 cm et 1,80 m, le massif de la Haute-Tarentaise étant le mieux enneigé et celui du Vercors le moins. En versant sud, les épaisseurs sont moindres, souvent entre 65 et 95 cm, jusqu'à 1,20 m/1,30 m en Haute-Savoie.
À 2500 m, le manteau neigeux est très épais : entre 1,80 m et 2,80 m en versant nord, entre 1,10 m et 1,80 m en versant sud, jusqu'à 2,40 m en Haute-Savoie. Son épaisseur est toutefois très irrégulière, les zones exposées aux vents étant généralement très peu enneigées, voire dégarnies.

Quelques hauteurs de neige relevées le 05 février :

  • à Avoriaz (1770 m, Chablais) : 1,25 m ;
  • au Grand-Bornand (1270 m, Aravis) : 53 cm ;
  • aux Arcs (2040 m, Haute-Tarentaise) : 1,80 m ;
  • à Pralognan (1416 m, Vanoise) : 63 cm ;
  • au Collet d'Allevard (1642 m, Belledonne) : 45 cm ;
  • à l'Alpe d'Huez (1860 m, Grandes-Rousses) : 1,26 m.

Alpes du Sud

La perturbation du 4 février n'a apporté que quelques centimètres de neige dans les Alpes du Sud. L'enneigement reste cependant nettement supérieur à la normale, sauf à basse et moyenne altitude, en dessous de 1400 à 1600 m, selon le massif.

L'enneigement continu en versant nord débute généralement entre 1000 et 1200 m, un peu plus haut toutefois, 1300 ou 1400 m, dans les massifs des Alpes-Maritimes. En versant sud, il débute vers 1500 m dans les Hautes-Alpes, 1800 m plus au sud.

À 1500 m d'altitude, l'épaisseur de neige en versant nord est généralement correcte, 50 à 60 cm, mais elle ne dépasse pas 20 cm dans le massif du Dévoluy et 10 à 15 cm dans ceux du Haut-Var - Haut-Verdon et du Mercantour. En versant sud, il n'y a que dans les massifs proches de l'Isère qu'il y a une petite couche de neige, de 15 à 20 cm.

À 2000 m, les épaisseurs de neige au sol sont importantes : en versant nord, elles sont partout comprises entre 1 m et 1,50 m, et, en versant sud, entre 80 cm et 1,10 m dans les Hautes-Alpes, 50 cm ailleurs.

À 2500 m, le manteau neigeux est encore plus épais : dans les versants nord, autour de 2 m dans les Hautes-Alpes, 1,60 m ailleurs, dans les versants sud, une quarantaine de centimètres en moins.

Quelques valeurs relevées le 5 février :

  • à SuperDévoluy (1915 m, Dévoluy) : 80 cm ;
  • à Puy-Saint-Vincent (1680 m, Pelvoux) : 87 cm ;
  • à Ceillac (1670 m, Queyras) : 70 cm ;
  • à Risoul (2050 m, Embrunais-Parpaillon) : 1,00 m ;
  • à La Foux d'Allos (1900 m, Haut-Var - Haut-Verdon) : 1,07 m ;
  • à Isola 2000 (1900 m, Mercantour) : 1,01 m.

Corse

Dans les deux massifs corses, on ne trouve de la neige qu'à partir de 1600 m d'altitude en versant nord, 1700 ou 1800 m en versant sud.
L'enneigement reste faible jusque vers 2000 m, altitude à laquelle il y a environ 50 cm de neige en versant nord, 35 ou 40 cm en versant sud.
Plus haut, l'épaisseur de neige au sol devient importante, plus d'1m, quelle que soit l'orientation, mais la surface de la neige est souvent dure, lisse et glacée, tandis que les crêtes et les sommets ont souvent été dégarnis par les vents violents qui ont soufflé durant la première moitié de l'hiver.

Quelques valeurs relevées le 5 février :

  • à la station automatique de Sponde (1980 m, Cinto-Rotondo) : 0 cm ;
  • à la station automatique de la Maniccia (2360 m, Cinto-Rotondo) : 1,50 m, pour une moyenne à cette époque de l'année de 2,00 m.

Enneigement en Corse à la station Nivose de Maniccia à 2360 m d'altitude. © Météo-France.

Pyrénées

Les chutes de neige importantes qui se sont produites jusqu'à basse altitude au mois de novembre sur les Pyrénées ne se sont pas répétées depuis. En décembre et janvier, les précipitations ont certes été abondantes, mais les températures ayant régulièrement été très douces, la neige n'est souvent tombée qu'à haute, voire très haute altitude.

Ainsi, l'enneigement en ce début février présente un déficit marqué sur la plus grande partie de la chaîne, des Pyrénées-Atlantiques à l'Ariège : la neige ne débute que vers 1600 m dans les versants nord, 2000 m dans les versants sud. Son épaisseur à 1800 m est de l'ordre de 10 à 20 cm dans les versants nord dans le centre des Pyrénées, 30 à 40 cm dans la partie ouest de la chaîne, des valeurs éloignées de la moyenne, qui se situe vers 80 cm. À haute altitude, il est légèrement déficitaire à 2500 m, où il peine à atteindre 1,50 m, alors qu'il est en moyenne de l'ordre de 1,80 m à cette période de l'année.

En revanche, les Pyrénées-Orientales font actuellement exception, avec des valeurs d'enneigement excédentaires à toutes altitudes, grâce à la neige tombée en abondance entre le 20 et le 23 janvier, en premier lieu sur le Canigou. Débutant vers 1400 m, il est de 20 à 30 cm à 1500 m, 60 à 80 cm à 2000 m.

Ces hauteurs sont encore sensiblement plus importantes sur le Canigou.

Quelques valeurs relevées le 5 février:

  • à Cauterets (1920 m, Haute-Bigorre) : 75 cm ;
  • à Superbagnères (1760 m, Luchonnais) : 20 cm ;
  • à Beille (1790 m, Haute-Ariège) : 20 cm ;
  • aux Angles (2100 m, Capcir-Puymorens) : 1,30 m.

La chaîne des Pyrénées enneigée, vue par le satellite Suomi-NPP, le 5 février 2020. © Météo-France.

Vosges, Jura et Massif central

Avec le passage mardi 4 février d'une perturbation froide d'activité modeste, une couche de neige fraîche recouvre à nouveau les pentes des massifs de moyenne montagne, épaisse de 5 à 15 cm selon les endroits.

Dans les Vosges, les sols sont blanchis à partir de 600 ou 700 m dans la partie nord et centrale du massif, 700 ou 800 m dans la partie sud.
L'épaisseur de neige au sol reste modeste à toutes les altitudes, 5 à 15 cm, car la neige fraîche repose directement sur le sol, du fait qu'il n'y avait pas de neige auparavant.

Dans le Jura, comme dans les Vosges, il est tombé 5 à 15 cm de neige selon l'altitude et l'endroit, à partir de 700 m dans le Doubs, 800 m dans le Jura, 600 m dans l'Ain. Elle repose également sur un sol nu jusque vers 1100 m, et sur 10 à 40 cm de vieille neige plus haut.
L'épaisseur totale de neige au sol est ainsi partout de 15 cm à 1100 m d'altitude. À 1300 m, elle est de 30 à 35 cm dans le Doubs, 45 cm dans le Jura, comprise entre 10 et 20 cm dans l'Ain.

Dans le Massif central, il est également tombé un peu de neige, mais à moins basse altitude : à partir de 1200 ou 1300 m, aussi bien dans le massif du Sancy que dans celui du Cantal.
À 1300 m, il y a 15 cm de neige au sol en versant nord, 1 à 4 cm en versant sud.
Plus haut, à 1500 m, la couche de neige atteint dans les deux massifs 45 cm en versant nord, tandis qu'elle ne dépasse pas 5 à 13 cm en versant sud.