A la une Des pluies exceptionnelles ont provoqué des crues éclair et des inondations.

Getty Images

Des pluies extrêmes exceptionnelles se sont abattues sur les Cévennes

20/09/2020

Le Gard a été touché ce week-end par un épisode cévenol majeur. Des pluies d’une intensité exceptionnelle ont provoqué en quelques heures des crues éclair et des inondations dévastatrices.

Des pluies exceptionnellement intenses

Après les fortes chaleurs de ce début de semaine, une masse d'air orageuse a gagné le pays par le Sud-Ouest, entraînant un temps pluvieux sur tout le territoire ce week-end. Cette instabilité rencontrant les eaux encore chaudes de la Méditerranée a contribué à la mise en place de cet épisode cévenol exceptionnel

Des précipitations extrêmement importantes se sont abattues samedi sur les Cévennes gardoises au nord-ouest du département, sur les secteurs du Viganais, de l’Aigoual et de Saint-Jean-du-Gard.

La persistance des pluies intenses dues à des orages quasi stationnaires a généré des cumuls jusqu’à 500 mm, voire localement plus. Les estimations des lames d’eau radar sur les zones les plus touchées dégagent des intensités horaires sans précédent. C’est l’équivalent de 500 litres d’eau au mètre carré accumulés en seulement 12 heures, dont 200 mm tombés entre 9 heures et 11 heures samedi matin. Ces très fortes intensités pluvieuses ont provoqué des débordements de cours d'eau. 

Des épisodes qui ne se produisent qu'une fois par siècle en moyenne

Ces intensités sont exceptionnelles et correspondent à une durée de retour centenale, soit un épisode qui n’avait de probabilité de se produire que tous les 100 ans sur cette zone. 

Les observations livrées par les stations de mesures de Météo-France appuient le caractère remarquable de l’épisode. On a ainsi mesuré  : 
    • 380 mm au Vigan (Gard), soit une durée de retour de l'ordre de 100 ans ;
    • 310 mm à Bassurels (Lozère), soit une durée de retour de l'ordre de 50 ans ;
    • 197 mm au Caylar (Hérault), soit une durée de retour de l'ordre de 20 ans.

Changement climatique : des épisodes de plus en plus fréquents et intenses

L'analyse des événements pluvieux extrêmes méditerranéens au cours des dernières décennies met en en évidence une intensification des fortes précipitations (+22 % sur les maxima annuels de cumuls quotidiens entre 1961 et 2015) et une augmentation de la fréquence des épisodes méditerranéens les plus forts, en particulier ceux dépassant le seuil de 200 mm en 24 heures.

Intensité des pluies extrêmes en régions méditerranéennes.

L'étude des précipitations intenses et de leur évolution future reste un défi majeur pour les modélisateurs du climat. Ces phénomènes sont en effet relativement mal représentés dans les modèles de climat standard.  Au cours de ces dernières années, le programme international Cordex* a permis de réaliser et de mettre à disposition des ensembles de simulations climatiques régionales à des résolutions spatiales (~10 km) permettant une meilleure représentation des évènements méditerranéens et donc une meilleure confiance dans leurs projections futures.
 
Les analyses d'extrêmes appliquées aux projections climatiques régionales indiquent une augmentation de l'intensité des précipitations intenses sur la partie nord du Bassin méditerranéen. 
 
L'étude de l’évolution future des précipitations intenses et de leur évolution future reste un défi majeur. Les travaux de recherche en cours devraient permettre de progresser sur ce sujet en utilisant des modèles climatiques de nouvelle génération pouvant atteindre les échelles kilométriques et représentant mieux la convection atmosphérique. 

hello world
'568940'