Météo-France " Fonte des glaces, les glaciers boivent la tasse " de Julia a été désignée par les internautes pour remporter le prix du public.

Julia

Concours photo : découvrez le choix du public !

07/10/2021

GEO et Météo-France ont lancé " L’Œil du climat ", un grand concours photo sur le thème du changement climatique en France. " Fonte des glaces, les glaciers boivent la tasse ", photographié par Julia, emporte le prix du public.

Julia : " La fonte des glaces s'accélère. Nous, habitants des vallées alpines, sommes les témoins du recul des glaciers. L'idée de ce projet photographique est de sensibiliser avec humour et faire une image " décalée " des plages qui se forment sur les moraines. "

  • En savoir plus sur l’évolution du climat en France avec ClimatHD.

Que reflète le choix de cette photo par le public ?

Samuel Morin, chercheur, directeur du Centre national de recherches météorologiques (CNRM) : " Le changement climatique change durablement le visage de nos montagnes. Celles-ci sont plus touchées que les plaines : l’élévation de température y est en général plus forte qu’en moyenne sur la planète. Les conséquences du changement climatique modifient les économies des territoires de montagne et des pratiques touristiques. Avec un regard décalé sur le recul de la mer de Glace, cette photo pointe la fragilité de cet environnement et nous invite à préserver sa beauté. "

Comment le changement climatique affecte-t-il le climat de montagne ?

Samuel Morin : " Quand les températures sont plus élevées, les épisodes de pluie deviennent plus fréquents au détriment des chutes de neige et la neige présente au sol fond plus rapidement. Épaisseur et durée de l’enneigement diminuent inévitablement sous ce double effet de l’augmentation de la température. En France métropolitaine, le phénomène est particulièrement sensible à moyenne altitude (entre 1 200 et 2 000 m). À plus haute altitude (au-dessus de 2 000 m), on constate un net raccourcissement de la durée durant laquelle la neige est présente dans l’année. "

À quelles évolutions s’attendre ?

Samuel Morin : " À l’horizon 2050, la durée d’enneigement sera réduite de plusieurs semaines et celle de l’épaisseur moyenne de neige en hiver diminuera de 10 à 40 %, en moyenne montagne. À l’horizon 2100, en cas de fortes émissions, la réduction de l’épaisseur moyenne hivernale pourrait atteindre 80 à 90 %, avec une durée d’enneigement très limitée et un manteau neigeux régulièrement inexistant en moyenne montagne.
Les glaciers, la neige, la glace et le pergélisol sont en déclin partout sur la planète et continueront de l'être. Ce recul devrait accroître les risques pour les populations, comme les glissements de terrain, les avalanches, les chutes de pierres et les inondations.

En France et en Europe, les glaciers pourraient perdre plus de 80 % de leur masse actuelle d’ici 2100 si nous restons sur les trajectoires d’émissions élevées. 
Le déclin de la cryosphère en haute montagne continuera aussi d'avoir des répercussions négatives sur les loisirs, le tourisme et l'identité culturelle des populations. À mesure que les glaciers de montagne reculent, ils modifient en effet la disponibilité et la qualité de l'eau en aval, ce qui a des répercussions sur de nombreux secteurs comme l'agriculture et l'hydroélectricité.
Le recul des glaciers est principalement dû à un accroissement de l'intensité de la fonte estivale, accentuée dans un climat plus chaud. L’ampleur de la fonte de neige et de glace du glacier dépasse alors l'accumulation de neige et sa transformation en glace. Ce phénomène conduit à une réduction de long terme de la masse de glace, et donc à un raccourcissement du glacier. Les glaciers sont d'ores et déjà en déséquilibre dans l'état actuel du climat et de son réchauffement au cours des dernières décennies, et une bonne partie de leur évolution future est déjà engagée de façon irréversible. "