A la une Retour progressif du soleil cette semaine après un passage perturbé entre mardi et mercredi.

Infoclimat / editodor31

Après une première décade d’avril froide, retour de la douceur

12/04/2022

La première décade d’avril était remarquablement fraîche à l’échelle de la France, particulièrement en montagne, mais la douceur fait son retour cette semaine avec des températures aux allures printanières.

La première décade d’avril la plus froide depuis 2013

Dès les derniers jours de mars, de l'air froid en provenance de l'Arctique afflue progressivement sur l'Europe de l'Ouest. Dans la nuit du 31 au 1er avril, la neige fait son apparition en France jusqu'en plaine. Il s’agit parfois des premières neiges de la saison, comme à Paris ! L’air froid envahit tout le pays et les records mensuels de température maximale basse sont nombreux sur le pays en ces premiers jours d’avril. Les gelées sont fréquentes du 3 au 5 avril, avec des records froids sur quelques stations, et un point d’orgue le 4 avril. À l’échelle de la France, il s’agit de la nuit la plus froide sur une archive débutant en 1947 (devant le 12 avril 1986). L’indicateur national de température moyenne est resté durant trois jours consécutifs sous les 5 °C, une séquence inédite en avril. Un régime perturbé d’ouest s’est mis en place pour la fin de la décade, avec une journée particulièrement pluvieuse, associée au passage de Diego le 8 avril.

En moyenne sur la France, sur la première décade d’avril, l’indicateur de température est de 8,0 °C. Il faut remonter à 2013 pour retrouver une décade d’avril aussi fraîche.

Le déficit de température est plus marqué en montagne. Sur la région Auvergne-Rhône-Alpes, il faut remonter plus loin, à 1994 pour trouver plus froid.
 

Écart à la moyenne mensuelle de la température moyenne en France pour la première décade d'avril 2022. © Météo-France.

Une semaine douce

La suite du mois d’avril s’annonce bien plus douce.

Depuis ce week-end, une dépression atlantique nommée Evelyn, par le service météorologique portugais, aspire et fait remonter une masse d’air doux sur la France, dans un flux qui s’oriente au sud. Le mercure passe partout au-dessus des moyennes de saison, avec des excédents de l’ordre de 5 °C dans la moitié nord. La barre des 20 °C est atteinte au nord comme au sud.

La perturbation associée à Evelyn progresse lentement dans le ce flux de sud. Elle a gagné le pays dans la soirée d'hier, sous forme d’averses à caractère orageux, remontant du littoral nord atlantique jusqu’à la Normandie.

Ce mardi, on retrouve une bande de pluies ou averses confinées au flanc ouest du pays et épargnant la pointe bretonne. Elles vont prendre un caractère épars en remontant dans le flux de sud. Le caractère convectif sera plus marqué l’après-midi, avec un risque orageux sur l’Aquitaine.

Sur une large moitié est, le temps devrait rester sec sous d’épais voiles nuageux. Les entrées maritimes seront encore présentes entre le Roussillon et le Languedoc, poussées par un vent marin en atténuation. Le vent d’autan soufflera encore violemment, en perdant de son intensité dans l’après-midi.

On retrouvera les pluies associées à la perturbation mercredi, ondulant sur une bande centrale du pays. Une dépression entre Espagne et Algérie pourrait organiser des pluies plus marquées du côté des Pyrénées. Sur le reste du pays, les éclaircies sont belles et la douceur reste de mise.

 

Une fin de semaine plus ensoleillée

Avec le renforcement progressif des hautes pressions en fin de semaine, le ciel va devenir de plus en plus ensoleillé. Les nuages pourraient rester plus nombreux dans la moitié nord, mais laisser la part belle au soleil. La tendance anticyclonique devrait perdurer et le week-end pascal s’annonce doux et ensoleillé.