Infos climat 2021, année de contraste.

Getty Images

2021, une année de forts contrastes en France

24/01/2022

L’année 2021, en moyenne plus conforme à la normale que les années précédentes, a été toutefois très contrastée. Tout au long de l’année, la douceur a alterné avec des périodes de froid assez marqué. Les mois de février, juin et septembre, particulièrement chauds, se sont classés parmi les 10 plus chauds depuis 1900 et une douceur inédite s’est installée sur la France fin décembre. En revanche, en avril, les gelées ont été fréquentes et parfois sévères et le mois de mai, remarquablement frais, a été le deuxième mois de mai le plus froid depuis 2000. De janvier à mars puis en novembre et décembre, plusieurs épisodes de froid se sont accompagnés de chutes de neige jusqu’en plaine avec d’importants cumuls sur les massifs. Le début et la fin de l’année ont par ailleurs été marqués par des pluies très abondantes provoquant des crues et des inondations sur le Sud-Ouest et les Hauts-de-France. La France a également connu un début d’été très pluvieux. L’automne a été moins arrosé mais ponctué de violents épisodes méditerranéens ainsi que de deux épisodes pluvieux intenses dans l’Agenais début septembre, puis sur le Pays nantais début octobre. Les tempêtes ont été assez rares. La France n’a pas connu de tempête majeure en 2021 mais une tempête remarquablement tardive sur le Nord-Ouest début juillet.

Retrouver le bilan complet de l'année 2021 sur notre site institutionnel.

Des températures contrastées

Les températures ont été très contrastées tout au long de l’année alternant entre pics de fraîcheur et de douceur. Des records de froid ont ainsi été enregistrés mi-janvier et mi-février. La fraîcheur a ensuite dominé durant le printemps avec de fortes gelées tardives en avril et un mois de mai en moyenne plus de 1 °C en dessous de la normale. En revanche, des records de douceur ont été battus fin février et fin mars. La France a également connu un épisode de chaleur précoce mi-juin, puis une première quinzaine de septembre très chaude avec notamment des records de douceur nocturne ainsi qu’une fin décembre exceptionnellement douce. La température annuelle moyennée sur le pays de 12,9 °C a dépassé la normale de 0,4 °C.

Écart à la moyenne annuelle de la température moyenne en France en 2021 par département. © Météo-France.

Écart à la normale 1981-2010 des températures moyennes en France de 1900 à 2021. © Météo-France.

Températures et précipitations représentés par bulle pour chaque année de 1958 à 2021. © Météo-France.

Des précipitations hétérogènes

Les précipitations ont été également très hétérogènes. Après un mois de janvier bien arrosé, les pluies ont été déficitaires jusqu’en avril avec un déficit proche de 50 % en mars et avril. À l’inverse, la fin du printemps et le début de l’été ont été bien arrosés avec 15 à 20 jours de pluie sur une grande partie de l’Hexagone en mai et un excédent pluviométrique de 50 % en juin et juillet. Les passages perturbés ont été plus rares ensuite et les pluies déficitaires jusqu’à la fin de l’automne, le déficit dépassant 30 % en août et en novembre. Le début de l’hiver 2021-2022 a ensuite été marqué par le retour de précipitations très abondantes.

En moyenne sur l’année, les cumuls de précipitations ont été proches de la normale sur une grande partie du pays. Toutefois, l’excédent a été par endroits supérieur à 10 % sur un large quart nord-est de l’Hexagone. En revanche, le déficit a dépassé 10 % sur la pointe bretonne, de la Vendée à la Charente-Maritime et au Poitou et plus localement le long des Pyrénées ainsi que sur l’ouest et le nord de la Corse. Il a atteint 20 à 30 %, de l’Hérault au sud du Massif central et de l’est du Var aux Alpes-Maritimes ainsi que sur le Roussillon et la Camargue. En moyenne sur l’année et sur l’ensemble du pays, la pluviométrie a été conforme à la normale*.

Cumul annuel des précipitations en France en 2021. © Météo-France.

Rapport à la moyenne annuelle des cumuls de précipitations sur la France en 2021. © Météo-France.

Un soleil plus généreux sur le Nord-Ouest

L’ensoleillement, proche de la normale** sur une grande partie du pays, a été excédentaire de plus de 10 % sur le quart nord-ouest où le soleil a été beaucoup plus généreux qu’à l’ordinaire au printemps et à l’automne.

 

*Moyenne de référence 1981-2010.
**Moyenne de référence 1991-2010.

Rapport à la moyenne annuelle de la durée d'ensoleillement sur la France en 2021. © Météo-France.

Les événements météo remarquables en 2021

  • Des précipitations très abondantes en début et fin d’année générant des crues et des inondations très importantes sur le Sud-Ouest.
  • Une fin d’hiver et un début de printemps marqués par des pics de douceur accompagnés de remontées de sable saharien avec un mois de février très doux malgré un épisode hivernal assez marqué sur une grande moitié nord du pays du 7 au 14.
  • Un épisode de gel tardif remarquable en avril.
  • Un début d’été très arrosé en juin et juillet au troisième rang des plus pluvieux sur la période 1959-2021.
  • Un automne marqué par des épisodes méditerranéens intenses et deux épisodes pluvieux remarquables dans l’Agenais début septembre et dans le Pays nantais début octobre :
       • le 8 septembre : pluies orageuses diluviennes et inondations dans l’Agenais ;
       • le 14 septembre : violents épisodes pluvio-orageux sur le Gard et l’ouest du Massif central ;
       • du 2 au 3 octobre : cumuls de pluie exceptionnels sur le Pays nantais en lien avec une perturbation très active ;
       • du 2 au 4 octobre : un épisode méditerranéen intense avec des pluies diluviennes le 3 sur les Cévennes et la région de Marseille.
  • Enneigement remarquable sur les Pyrénées début décembre.
  • Une fin décembre exceptionnellement douce du 24 au 31 avec des records du 29 au 31.