Infos climat Un hiver de contraste entre neige et douceur

GettyImages

Hiver : très arrosé, alternant temps hivernal et douceur printanière

26/02/2021

L’hiver 2020-2021 a été marqué par un temps très perturbé, avec d’abondantes précipitations, des périodes douces qui ont succédé à des pics de froid.

(Hiver météorologique : décembre-janvier-février ; bilan provisoire au 26 février 2021)
L’hiver 2020-2021 a été marqué par un temps très perturbé et parfois tempétueux en décembre et janvier. Les précipitations, très abondantes, ont généré des crues et des inondations en décembre, puis début février, particulièrement dans le Sud-Ouest. Des périodes très douces ont succédé à des pics de froid accompagnés de chutes de neige sur les massifs et parfois jusqu’en plaine. Un épisode de froid marqué a notamment concerné une grande moitié nord du pays, du 7 au 14 février, apportant neige et pluies verglaçantes tandis que des records de douceur fin février sont venus clore cet hiver très contrasté.

Température

Les températures, alternant tout au long de l’hiver entre douceur et nets refroidissements,  ont été en moyenne 1 à 2 °C au-dessus des valeurs saisonnières, de la Nouvelle-Aquitaine aux frontières du Nord et du Nord-Est. Elles ont été plus proches des valeurs de saison sur les régions méditerranéennes, la Bretagne, le Cotentin et l’extrême nord. À l’échelle de la France et de la saison, elle devrait être supérieure à la normale* de 1,2 °C.

*Moyenne de référence 1981-2010.

Évolution des températures minimales et maximales quotidienne en France, par rapport à la normale quotidienne, du 1er décembre 2020 au 25 février 2021. © Météo-France.

Écart à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 de la température moyenne en France, hiver 2020-2021. © Météo-France.

Précipitations

Les passages perturbés ont été plus fréquents qu’à l’ordinaire sur la quasi-totalité du pays. Le nombre de jours de pluie a été généralement supérieur à la normale de 5 à 15 jours, voire localement plus sur les côtes bretonnes, l’Aquitaine et l’ouest de la Corse. Les cumuls de précipitations ont été excédentaires de plus de 20 % sur une grande partie du territoire et localement de plus de 50 % sur la moitié nord et le flanc est du pays. Ils ont atteint une fois et demie à deux fois la normale sur le Sud-Ouest et l’ouest de l’île de Beauté, parfois plus avec des valeurs proches des records, voire d’ores et déjà record comme à Dax (Landes) ou à l’Île-Rousse (Haute-Corse). En revanche, les précipitations ont été déficitaires autour du golfe du Lion et sur la côte orientale de la Corse. Le déficit a dépassé 40 % sur le littoral du Languedoc-Roussillon et de l’ouest des Bouches-du-Rhône. En moyenne sur la France, la pluviométrie devrait être excédentaire* de près de 40 %, classant cet hiver parmi les 10 hivers les plus arrosés sur la période 1959-2021.

*Moyenne de référence 1981-2010.

Cumul saisonnier des précipitations en France, hiver 2020-2021. © Météo-France.

Rapport à la moyenne saisonnière de référence 1981-2010 des cumuls des précipitations en France, hiver 2020-2021. © Météo-France.

Ensoleillement

L’ensoleillement a été déficitaire** de plus de 10 % sur une grande partie du pays. Il a été généralement plus conforme à la saison sur le Nord-Ouest ainsi que près des frontières du Nord et du Nord-Est. Sur la moitié sud et en Bourgogne-Franche-Comté, le déficit a souvent dépassé 20 %, voire localement 30 %.

**Moyenne de référence 1991-2010.

Rapport à la moyenne saisonnière de référence 1991-2010 de la durée d’ensoleillement en France, hiver 2020-2021. © Météo-France.