Infos climat Automne

Getty Images

Septembre 2020 : un mois très contrasté

02/10/2020

Septembre 2020 a été marqué par des évènements extrêmes, un début de mois très calme et une fin de mois très agitée. La France a connu un épisode de chaleur tardif exceptionnel, avec des températures maximales supérieures à 30 °C en moyenne sur le pays durant quatre jours consécutifs du 13 au 16, suivi par un net refroidissement avec un pic de fraîcheur remarquable le 27. Par ailleurs, après un début de mois très sec, des épisodes pluvio-orageux se sont succédé sur les régions méridionales avec un épisode cévenol majeur du 18 au 20 provoquant des crues et des inondations dévastatrices. En fin de mois, des perturbations actives ont circulé sur la quasi-totalité du pays avec des pluies très abondantes au sud de la Garonne, sur le nord du Massif central et en Corse, et des chutes de neige précoces sur les massifs. Un coup de vent a concerné le Sud-Est et la Corse le 25.

Températures

Les températures ont été en moyenne supérieures aux normales de 1 à 2 °C près de la Manche ainsi que sur la façade atlantique et les régions méridionales et de 2 à 3 °C sur un large quart nord-est. Elles ont été toutefois très contrastées durant le mois, en moyenne 4 à 7 °C au-dessus des normales du 13 au 20 avec de nombreux records de chaleur et plus de 4 °C en dessous les 26 et 27 battant des records de fraîcheur. Le 14, la France a connu un pic de chaleur exceptionnel avec une température maximale moyenne de 33,4 °C, classant cette journée au premier rang des journées les plus chaudes enregistrées en septembre depuis le début des mesures. Le 27 s’est en revanche classé au 3e rang des journées les plus froides de septembre avec une température maximale moyenne de 14,3 °C. La température moyenne de 19,0 °C sur la France et sur le mois a été 1,7 °C au-dessus de la normale*.

Évolution des températures minimales et maximales quotidiennes par rapport à la normale, en France, en septembre 2020. © Météo-France.

Écart à moyenne mensuelle de la température moyenne, en France, en septembre 2020. © Météo-France.

Précipitations

La pluviométrie a été géographiquement très hétérogène. Les épisodes pluvio-orageux ont été plus fréquents qu’à l’ordinaire sur l’Occitanie, la région Paca et la Corse tandis que, sur la moitié nord de l’Hexagone, les passages perturbés ont été peu nombreux et généralement peu actifs hormis en fin de mois. Les cumuls de pluie ont été généralement déficitaires de plus de 30 %, de la Normandie au Centre-Val de Loire, de l’Alsace à la moyenne vallée du Rhône et sur l’est de la région Paca ainsi que plus localement sur le sud des Hauts-de-France et de la Bretagne et sur la côte languedocienne. En revanche, ils ont été supérieurs à la normale au sud de la Garonne, sur le nord du Limousin et du Massif central et plus ponctuellement sur l’est de la Bretagne, les Pays de la Loire, le Poitou-Charentes, les Ardennes et le Var. Ils ont atteint une fois et demie à trois fois la normale sur les Cévennes et la Corse ainsi que plus localement de l’est de Midi-Pyrénées aux Pyrénées-Orientales. En moyenne sur le pays et sur le mois, le déficit a été supérieur à 10 %.

Cumul de précipitations, en France, en septembre 2020. © Météo-France.

Rapport à la moyenne mensuelle des cumuls des précipitations, en France, en septembre 2020 - © Météo-France.

Ensoleillement

L’ensoleillement a été proche de la normale près de la Manche, de la Bretagne à la côte charentaise, de l’Occitanie à la région Paca et en Corse. Il a été excédentaire de plus de 10 % sur le reste du pays. L’excédent a souvent atteint 20 à 30 % sur le quart nord-est de l’Hexagone. Il a même localement dépassé 30 % sur les Ardennes et l’Alsace avec 196 heures à Charleville-Mézières (Ardennes) et 234 heures à Colmar (Haut-Rhin) où le soleil a été aussi généreux que sur les régions méridionales.
 

*Moyenne sur la période 1981-2010.
**Moyenne sur la période 1991-2010.

Rapport à la moyenne mensuelle des cumuls de la durée d'ensoleillement - France - septembre 2020 - © Météo-France