A la une Les glaces de mer ont moins disparu cette année, mais la situation reste préoccupante.

GettyImages

Banquise arctique : minimum d'extension le plus haut depuis 2014

23/09/2021

Selon les dernières analyses du NSIDC sur lesquelles se base cet article, jeudi 16 septembre, la banquise arctique a atteint son minimum d’extension annuelle avec 4,72 millions de kilomètres carrés. Il s’agit de la douzième valeur la plus basse depuis 1979. Les quinze étendues annuelles les plus basses se sont toutes produites les 15 dernières années (de 2007 à 2021).

Un répit qui ne reflète pas les signes évidents de déclin

Mais si l'étendue actuelle de la glace arctique est meilleure qu'elle ne l'a été dans les années 2015 à 2020, ce n’est un répit relatif que par rapport au passé très récent. D’autres indicateurs, comme l'épaisseur de la glace et la quantité de glace pluriannuelle, continuent de montrer des signes évidents et inquiétants de déclin (cf. figures 1 et 2). 

Figure 1 - Quantité de glace pluriannuelle la première semaine d’août (30 juillet au 5 août), depuis le début des mesures en 1979. © Robbie Mallett.

En effet, la quantité de glace pluriannuelle (glace qui a déjà survécu à au moins une saison de fonte) est à un des niveaux les plus bas depuis le début des mesures (figure 1). Cette perte de la glace plus vieille et épaisse est une des raisons selon laquelle l’étendue de la banquise ne s’est jamais remise, même lorsque les conditions météo sont propices à la conservation de la glace de mer.

Figure 2 – Épaisseur moyenne de la banquise arctique depuis 1979. L’étendue de la banquise ne dit pas tout de la situation en Arctique. Données PIOMAS, jusqu’à août 2021. © Zachary Labe.

 

Rang

Années

Étendue
(
millions  km2)

Date du minimum

1

2012

3.39

17 septembre

2

2020

3.82

16 septembre

3

2007
2016
2019

4.16
4.17
4.19

18 septembre
18 septembre
10 septembre

6

2011

4.34

11 septembre

7

2015

4.43

9 septembre

8

2008
2010

4.59
4.62

19 septembre
21 septembre

10

2018
2017

4.66
4.67

23 septembre
13 septembre

12

2021

4.72

16 septembre

14

2014
2013

5.03
5.05

17 septembre
15 septembre

15

2009

5.12

13 septembre

Tableau 1- Les 15 plus basses étendues de banquise arctique depuis le début des mesures satellites en 1979. © NSIDC (National Snow and Ice Data Center).

Comme le montre le tableau ci-dessus, on passe sous les 5 millions de kilomètres carrés d’étendue tous les ans désormais. Ce qui avant 2007 semblait extraordinaire s’est normalisé. De plus, les quinze étendues annuelles les plus basses se sont toutes produites les 15 dernières années (de 2007 à 2021). 

Un été en arctique

Au début du mois de juillet, le rythme de fonte de la banquise était extrêmement rapide et l’étendue de la banquise entre le 4 et le 9 juillet a constitué de nouveaux records pour la période de l’année, passant sous la courbe de 2012 (cf. cercle orange sur la figure 3). Cependant, le rythme de fonte a ralenti par la suite, et les conditions dépressionnaires et nuageuses ont probablement contribué à une fonte moins rapide durant l’été que les années récentes. 

Figure 3 – Étendue de la banquise arctique en 1,50 M km². © NSIDC. Le minimum de 2021 se situe 1,50 M km² sous la moyenne 1981-2010, ce qui correspond à trois fois la taille de l’Espagne.

La tendance globale, structurelle à la baisse n’est pas remise en cause. L’année dernière on était en dessous (cf. tableau 1), cette année on est au-dessus, ces fluctuations interannuelles sont normales et attendues et ne remettent pas en cause la tendance au déclin de la banquise arctique. Selon la dernière analyse du NSIDC, le taux de diminution de l’étendue de banquise arctique (minimum de septembre) par rapport à la moyenne 1981-2010 est de 13 % par décennie. Annuellement, cela correspond à la perte de la superficie de l’Autriche (80 600 km², une valeur également comparable à la superficie de la Nouvelle-Aquitaine, plus grande région de France).