Infos climat Pluie et neige souvent au rendez-vous cet hiver

GettyImages

Un hiver souvent pluvieux ou neigeux

19/02/2021

Le régime NAO-* qui s’est établi de la dernière décade de janvier à la mi-février et qui s’était déjà manifesté pendant la première quinzaine de décembre a favorisé une circulation plus méridionale que d’habitude des dépressions atlantiques. Cela s’est traduit, sur la France et l’Europe de l’Ouest d’une façon générale (de la péninsule Ibérique à l’Angleterre), par des anomalies basses de la pression sur cette période, favorisant les épisodes qui ont apporté des précipitations (le plus souvent pluvieuses mais parfois neigeuses) et donc le caractère humide de l’hiver 2020-2021.

Moyenne de la pression réduite au niveau de la mer sur l'Europe du 1er au 17 février 2021 - © Modèle du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme

 

De grandes disparités régionales

Si l’excédent de précipitations à l’échelle nationale sur l’hiver météorologique (depuis le 1er décembre) atteint environ 40 %**, cela traduit des différences régionales importantes.

Quelques régions ont connu un hiver déficitaire, il s’agit du Languedoc-Roussillon et de l’est de la Corse, protégés de l’humidité océanique par les chaînes de montagne (Pyrénées, Massif central, montagne corse) avec un déficit important atteignant 70 % en Roussillon (comme à Perpignan avec 45 mm de précipitation relevés du 1er décembre au 18 février pour une moyenne de 157 mm).

À l’opposé, certaines régions ont reçu le double de la normale, voire plus. C’est le cas notamment de l’Aquitaine et des villes de Biarritz (avec 694 mm, +98 %), Socoa ou Saint-Jean-de-Luz (727 mm, +97 %, à 7 mm seulement de l’hiver record 1950-1951), Mont-de-Marsan (510 mm, +143 %) et surtout Dax (675 mm, +136 %). Dans cette ville, c’est déjà l’hiver le plus pluvieux devant l’hiver 1960-61 où il était tombé 628 mm.
D’autres villes sur l’ouest Corse ont également battu des records comme L’Île Rousse avec 299 mm (+170 %, devant l’hiver 2012-2013 avec 226 mm). À noter que Paris (Montsouris) avec 258 mm arrive en troisième position sur une série de 148 hivers, seulement dépassé par les hivers 1935-36 et 1940-41.
 

Rapport à la moyenne des cumuls de précipitations en France pendant l'hiver 2020-2021. © Météo-France.

*En régime NAO- (i.e. North Atlantic Oscillation), les pressions sont plus élevées que de coutume sur le nord du continent et sur l’Atlantique Nord, plus basses sur le sud. 
**Les normales de référence correspondent aux moyennes établies sur 1981-2010.