A la une La France connaît cette semaine une douceur remarquable pour la saison.

Getty Images

Une douceur persistante : épisode tardif exceptionnel

21/10/2022

(Mise à jour le 24 octobre 2020 à 13h00.)

Le Sud-Ouest connaît une chaleur remarquable pour un mois d'octobre. Depuis plus d'une semaine, les températures ont parfois dépassé les 30 °C. Avec la dégradation pluvio-orageuse de ce week-end, les températures ont perdu quelques degrés, mais elles vont encore afficher des niveaux particulièrement élevés pour la saison jusqu'à la fin du mois.

Encore de nouveaux records de chaleur ce week-end

Dans la continuité de cet épisode de chaleur, de nouveaux records sont tombés dimanche.
Le seuil de forte chaleur a été approché à Toulouse-Blagnac, avec 29,6 °C, un record pour une 3e décade d’octobre, battant de plus d’un degré le précédent record (28,2 °C le 26/10/2017). Le record décadaire a été battu également à Toulouse-Francazal avec 29,3 °C, contre 28,6 °C le 26/10/2017.
Avec 29,5 °C à Marignane, la station a explosé également son précédent record décadaire de 28,1 °C le 21/10/1921.

Dans les records d’un fin octobre, citons encore les 28,0 °C à cap Béar , battant un vieux record de 27,4 °C  le 21/10/1921,

Enfin, un record mensuel est tombé en Corse, avec 32,5 °C à Figari, où il n’avait jamais fait aussi chaud en octobre (ouverture de la station en 1979). Le précédent record mensuel de chaleur était de 31,6 °C le 03/10/2006.
 

Cette mi-octobre est remarquablement douce, quelles sont les valeurs relevées la semaine dernière ?

Dimanche 16 octobre, on a relevé des températures parfois très élevées pour la saison. De la Gironde aux Pyrénées-Atlantiques et aux Hautes-Pyrénées, le seuil des 30 °C a été souvent franchi. On a relevé par exemple 32,6 °C à Navarrenx (64), 30,9 °C à Dax (40), 30,8 °C à Orthez (64) ou 30 °C à Biarritz, Bordeaux et Mont-de-Marsan. Cette grande douceur était également présente plus au nord avec 27,3 °C à Clermont-Ferrand, 26,9 °C à Grenoble, 26 °C à Châteauroux, 24,2 °C à Strasbourg ou 24 °C à Nantes.

La nuit de dimanche à lundi a été également très douce avec quelques records mensuels de température minimale élevée.  On a relevé par exemple 20,8 °C à Durban-Corbières dans l’Aude (ancien record 20,3 °C le 07/10/2009).

Lundi après-midi, malgré une légère baisse des températures, les maximales ont généralement atteint 25 à 30 °C, de l’Aquitaine à l’ouest de l’Occitanie (29,5 °C à Pau, 27 à 28 °C pour Tarbes, Auch, Montauban, Agen, Mont-de-Marsan).

Mardi 18 au matin, il faisait un peu plus frais sur l’Aquitaine, mais en Occitanie on a relevé des températures minimales de 19,3 °C à Toulouse (soit plus de 8 degrés au-dessus de la normale d’octobre), 19,5 °C à Carcassonne et 19,9 °C à Castres. Dans l'après-midi les thermomètres sont montés jusqu'à 31,4 °C à Biarritz, 31,1 °C à Mont-de-Marsan et Pau.

Mercredi 19, le voile nuageux assez dense cet après-midi a parfois limité la hausse des températures qui n'ont pas toujours atteint les valeurs escomptées. Ainsi, cette journée de mercredi ne sera sans doute pas plus douce que les deux précédentes à l'échelle nationale mais très proche avec un indicateur moyenné sur l'ensemble du pays proche des 19 °C.

Quelques records ont quand même été battus pour une seconde quinzaine d'octobre (soit du 16 au 31) comme à :

  • Nantes avec 25,9 °C (contre 25,2 °C le 18/10/2014) ;
  • La Rochelle avec 25,8 °C (contre 25,5 °C hier) ;
  • La Roche-sur-Yon avec 25,3 °C (contre 24,9 °C  le 17/10/2017) qui signe ainsi son jour de chaleur le plus tardif!

 

Comment l’expliquer ?

 Une vaste zone dépressionnaire s’étend sur le proche Atlantique. Dans le flux de sud-ouest à l’avant, de l’air très doux, en provenance des Canaries et de la péninsule Ibérique, remonte depuis  ce week-end sur une grande partie du pays. L’isolement en goutte froide de la dépression atlantique  favorise d’autres poussées chaudes pour cette semaine.

Des températures supérieures à 25 °C dans le Sud-Ouest sont-elles exceptionnelles après la mi-octobre ?

Non, de telles températures n'ont rien d'exceptionnel dans le Sud-Ouest jusqu'à fin octobre (plusieurs épisodes de grande douceur ont eu lieu durant la dernière décade d'octobre). Il s'agit cependant souvent de pics de douceur assez courts. On peut citer par exemple :
    • jusqu'à 26,4 °C le 31 octobre 2014 en moyenne sur l'Aquitaine ;
    • jusqu’à 26,1 °C le 26 octobre 2017 en moyenne sur Midi-Pyrénées.

Des pics de douceur, voire de chaleur exceptionnelle, peuvent se produire fin octobre et y compris jusqu’à la mi-novembre. Par exemple, un pic de chaleur exceptionnelle avait concerné la France du 6 au 9 novembre 2015 avec des températures atteignant le 8 novembre dans le Sud-Ouest 27,8 °C à Biarritz ou 26,7 °C à Bordeaux, mais aussi 26,2 °C à Vichy ou 24 °C à Colmar le 7.

L'épisode de douceur en cours depuis le 15 octobre est remarquable par sa durée à l'échelle du pays.

Est-ce que cet épisode est en lien avec le changement climatique ?

Effectivement, cet épisode s'inscrit dans un contexte de changement climatique visible. On sait déjà que les vagues de chaleur, en plus d'être plus fréquentes et plus intenses, deviennent plus précoces et plus tardives, à l'instar de celle que nous venons d'observer.

Néanmoins, une étude d'attribution est nécessaire pour déterminer plus en détail l'influence du changement climatique sur cette épisode de chaleur tardif.