A la une La première partie du 6e rapport du Giec doit être rendue public dans quelques jours.

Getty Images

Changement climatique : Météo-France a activement participé au rapport du Giec

30/07/2021

La première partie du 6e rapport du Giec doit être rendue public dans quelques jours. Acteur majeur du climat, Météo-France a activement participé à ce travail.

Depuis lundi 26 juillet, des représentants des 195 États membres de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et des scientifiques sont réunis pour l’approbation du « Résumé pour les décideurs » du premier volet du sixième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Le premier volet de ce rapport, consacré aux sciences physiques du climat, devrait être rendu public lundi 9 août.
 

Qu’est-ce que le Giec ?

La production du Giec constitue l'apport scientifique alimentant les négociations internationales sur le climat. Le Giec produit des rapports d’évaluation complets, qui constituent de véritables états des lieux des connaissances scientifiques sur le changement climatique. Ce rapport est le 6e rapport complet, après ceux parus en 1990, 1995, 2001, 2007 et 2013.

Comment Météo-France participe-t-il au Giec ?

Acteur majeur du climat, Météo-France occupe une place centrale dans la recherche mondiale. Les équipes du CNRM (Centre national de recherches météorologiques, CNRS/Météo-France) contribuent à approfondir la compréhension des phénomènes météorologiques à enjeux, affiner les modèles de prévision, modéliser le climat et simuler ses évolutions. Elles participent naturellement à bien des égards aux travaux du Giec.

Météo-France est fier d’avoir contribué à ce sixième rapport à plusieurs titres. 

Acteur majeur du climat, Météo-France a activement participé à ce travail.

En fournissant des simulations climatiques

Météo-France s’est engagé au côté de l’ensemble de la communauté internationale en climatologie dans un important exercice de simulations numériques du climat passé et futur. Les résultats de cet exercice alimentent de manière majeure ce premier volet du sixième rapport d'évaluation du Giec. 
CMIP6 rassemble plus d'une vingtaine de centres climatiques dans le monde, qui conçoivent une trentaine de modèles. 
Météo-France fournit ainsi des  simulations climatiques globales ou régionales dans le cadre de ces intercomparaisons CMIP et Cordex.
Ces simulations permettent de répondre à différentes questions sur l'amplitude des changements climatiques, la réponse à différents scénarios d'émissions de gaz à effet de serre ou des choses plus spécifiques pour comprendre les mécanismes et les processus en jeu dans le changement climatique.

En apportant des publications scientifiques

Les chercheurs de Météo-France produisent des articles scientifiques qui ont fait partie des 14.000 articles évalués dans le dernier rapport du Giec par le premier groupe de travail.
L'ensemble des activités de recherche de l’établissement sur le climat et le changement climatique, la physique atmosphérique, les processus, que ce soit dans l'atmosphère, dans l'océan, les surfaces continentales, le cycle du carbone, font ainsi avancer la science et alimentent l’expertise du Giec.

En participant directement à l’écriture du rapport avec un auteur principal

Certains de nos chercheurs participent à l'écriture du rapport. Il y a différents niveaux de responsabilités parmi les auteurs du rapport. 
Hervé Douville, chercheur de Météo-France au CNRM, le Centre national de recherches météorologiques, a passé trois ans à travailler sur ce dernier rapport du Giec, en tant qu’auteur principal coordinateur du chapitre 8 sur les changements du cycle de l’eau. C’est le plus haut niveau d'auteur à l'échelle pour l'écriture d'un rapport du Giec. Bien d’autres chercheurs ont contribué grâce à leurs travaux bien sûr, mais en participant à la rédaction même de certaines parties du rapport et en participant à la révision des travaux de leurs confrères et collègues.