Infos climat Ours en Arctique - © GettyImages

GettyImages

Glace de mer dans l’Arctique sibérien : extension basse record

09/07/2020

L'extension de la glace des mers n'a jamais été aussi basse un début juillet dans l'Arctique sibérien, notamment en mer de Laptev. Depuis le 19 juin, l'extension des glaces y atteint un niveau bas record pour cette période de l'année.

L'Arctique sibérien

La Sibérie centrale a connu des températures exceptionnellement élevées durant la période de janvier à juin, aboutissant à des anomalies thermiques semestrielles record de plus de +5 °C par endroits.

Extension de la glace de mer en Arctique sibérien - © NSIDC

La région s'est trouvée en permanence dans des configurations favorables à une extrême douceur avec une Oscillation atlantique positive durant l'hiver, véhiculant la douceur océanique loin en Eurasie. Au printemps, des crêtes de hautes pressions récurrentes ont favorisé des températures élevées. En juin, le situation a changé, mais les hautes pressions se sont installées courant le mois, sur le nord-est de la Sibérie. Un record a alors été battu à Verkhoïansk le 20 juin, où on a relevé 38,0 °C, une température supérieure de 17 degrés aux normales de saison.

Ces températures élevées ont contribué à une fonte précoce des glaces en mer de Laptev. La mer libérée des glaces s'est alors plus rapidement réchauffée. La NOAA mesurait des températures à la surface de la mer de l'ordre de 4 degrés fin juin, favorisant la fonte des glaces durant cette période de fin juin début juillet, où la perte de glace est la plus rapide en Arctique.

Sur le reste de l'Arctique

L'extension des glaces a atteint en moyenne au mois de juin 10,58 million km². Juin 2020 se positionne ainsi à la troisième place des extensions des glaces arctiques les plus basses pour un mois de juin depuis le début des mesures satellitaires. Le record reste détenu par le mois de juin 2016 avec 170 000 km² de moins.

Sur le mois de juin, l'extension des glaces a diminué de 64 300 km² par jour en moyenne, soit 20 % plus vite qu'en moyenne sur 1981-2010.

La perte de glaces a été particulièrement prononcée dans les mers de Kara et de Laptev.

Au 8 juillet, l'extension des glaces en Arctique atteint des niveaux record. Elle est actuellement plus basse qu'en 2016 et qu'en 2012, année du minimum annuel bas record enregistré le 17 septembre avec 3,387 millions de km².

Extension des glaces en Arctique en 2020 (en bleu), durant 2012, l'année du minimum annuel bas record (en pointillés rouges), en 2019 (en vert), en 2016 (en violet). Médiane 1981-2010 en gris, écart interquartile en plage de couleur gris foncé et interdécile en gris clair. - © NSIDC

Extension des glaces arctiques le 8 juillet 2020, médiane 1981-2010 en orange - © NSIDC