A la une Forts déficits de précipitations sur de nombreuses régions ce mois de juillet.

Infoclimat / lebretondelest

Juillet 2022 le mois de juillet le plus sec jamais enregistré

02/08/2022

Au-delà de la chaleur, le mois de juillet 2022 a également été marqué par un déficit record de précipitations, devenant le mois de juillet le plus sec et le deuxième mois le plus sec depuis le début des mesures.

À l’exception de quelques orages en début et fin de mois, les précipitations ont été rares et très faibles (donnant des cumuls souvent inférieurs à 5 mm), voire inexistantes en région PACA et en Corse.

Retrouvez notre bilan complet du mois de juillet 2022.

Déficit record de précipitations

Les jours de pluie ont été rares : on a enregistré moins de 4 jours de pluie en plaine, soit 3 à 10 jours de moins que la moyenne climatologique. 

De fait, les cumuls mensuels de précipitations sont globalement très faibles. En moyenne, sur le pays, le cumul de précipitations agrégées s’élève à 9,7 mm, soit un déficit de 85 %. Un contraste saisissant avec juillet 2021, où le cumul moyen agrégé sur le pays était de 90,8 mm, soit un excédent de 50 %. Ponctuellement, on a recueilli 15 à 40 mm sur un large quart nord-ouest, le flanc est, les Cévennes et les Pyrénées. La pluviométrie a été nettement déficitaire sur tout le pays, généralement de plus de 80 %, voire très souvent de plus de 90 %.

Juillet 2022 se classe donc le mois de juillet le plus sec sur la période 1959-2022 à l’échelle nationale et au second rang des mois les plus secs tous mois confondus, derrière mars 1961 avec 7,8 mm, soit un déficit de 88 %.

Une sécheresse des sols record

Au niveau national, depuis le 17 juillet, la France établit chaque jour un nouveau record de sécheresse des sols (sur un historique qui débute en août 1958). Sur le Sud-Est, cette sécheresse extrême a commencé encore plus tôt : le record quotidien est battu chaque jour depuis début juillet sur la Corse et depuis mi-mai sur PACA. En ce début août, les sols sont donc encore plus secs qu'ils ne l'étaient à la même date en 1976 et en 2003. D'ici le milieu du mois d'août, il est probable que cette situation s’aggrave encore, et que le record absolu de sécheresse des sols superficiels qui date de 2003 soit battu.