A la une Illustration été.

Météo-France / Eddy Duluc

L'été débute après le 3e printemps le plus chaud en France

02/06/2022

Alors que le printemps météorologique vient de terminer à la 3e place du podium des printemps les plus chauds et les plus secs en France, les tendances climatiques prévoient un été encore plus chaud et plus sec que la normale. Pour se tenir prêt à affronter la saison estivale, revenons sur les phénomènes qui peuvent devenir dangereux en cette période, comme les vagues de chaleur et les feux de forêts.

Le 3e printemps le plus chaud et le plus sec jamais enregistré en France

Le printemps 2022 se classe au 3e rang des plus chauds (13,2 °C) en France depuis 1900, derrière 2011 et 2020 (ex æquo 2007). Après un hiver déjà peu arrosé, le manque de pluie s’est poursuivi. Avec 45 % de déficit de précipitations, le printemps 2022 est également le 3e le plus sec depuis 1959 :

  • mars 2022 : sec et ensoleillé au Nord mais très arrosé sur le Languedoc-Roussillon ;
  • avril 2022 : peu arrosé et doux malgré un début de mois hivernal ;
  • mai 2022 : mois de mai le plus chaud et pluviométrie extrêmement déficitaire, le plus sec avec mai 1989, mai 2011 et mai 1976.

Consulter le bilan du printemps 2022.

Après un début d’année très sec, le manque de pluie s'est poursuivi ce printemps

Il a très peu plu depuis le début de l’année 2022. Les deux tiers de la France ont connu des sols secs à très secs. Sur les derniers mois, le déficit mensuel de précipitations atteint même 30 à 40 % en février et en mars, 25 % en avril et 65 % en mai.

Entre septembre 2021 et mai 2022, on observe des déficits de pluie de 25 à 50 % sur :

  • le Grand Est et la Bretagne (25 à 30 %),
  • le nord de la Nouvelle-Aquitaine (ex-région Poitou-Charentes) jusqu’en Indre et Indre-et-Loire (30 à 45 %),
  • l'est de PACA (35 à 40 %),
  • le sud d’Auvergne - Rhône-Alpes et le nord-est d’Occitanie (40 à 50 %).

En cette fin mai, à la faveur des températures anormalement élevées, les sols sont très secs (se produisant moins d’1 année sur 10) à extrêmement secs (se produisant moins d’1 année sur 25) sur la moitié nord de la France et Rhône-Alpes. Ailleurs, ils sont localement très secs, notamment sur PACA. Cette situation est habituellement rencontrée mi-juillet.

L'été a commencé le 1er juin

En météorologie, l'été couvre les mois de juin, juillet et août, c'est-à-dire la période la plus chaude et la plus ensoleillée de l'année dans l'hémisphère Nord.

Consulter nos tendances climatiques complètes pour l'été.

Canicules et feux de forêts

L'été est la période la plus chaude de l'année. C'est notamment la saison des vagues de chaleur, où des températures élevées sont enregistrées pendant plusieurs jours consécutifs. Les conditions météorologiques (vent, température, hygrométrie, sécheresse de la végétation) ont une grande influence sur le développement et la propagation des incendies de forêt.

Vague de chaleur et canicule

En cas de fortes chaleurs, l’organisme est soumis à rude épreuve. Il faut bien connaître les risques pour la santé afin de tenter de se protéger des effets de la chaleur.

La prévision au service de la lutte contre les feux de forêts

Aujourd'hui, 90% des départs de feux de forêt sont d'origine humaine, et la moitié due à des imprudences et des comportements dangereux. Pour prévenir ce risque et se protéger des feux, une campagne de sensibilisation et de diffusion des bons comportements à adopter a été lancée le mercredi 2 juin 2021 par le ministère de la Transition écologique et solidaire, en lien avec le ministère de l'Intérieur et le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.

Pour empêcher le déclenchement des feux de forêt, il est indispensable de rester vigilant. Apprenez et adoptez les bons comportements avec notre article Préservons la forêt grâce aux bons comportements.

Les conditions météorologiques ont une grande influence sur le développement et la propagation des feux de forêt. Météo-France participe au dispositif national pour Prévoir et anticiper les feux de forêts.

Le changement climatique joue également un rôle dans l'augmentation du risque météorologique de feux de forêt. Les chercheurs de Météo-France étudient ce risque : Feux de forêt un risque accru par le réchauffement climatique.