Changement climatique La France fait face à des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses.

Getty Images

Vagues de chaleur et changement climatique

28/02/2020

Avec le changement climatique, la France fait face à des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses. Les vagues de chaleur font partie des extrêmes climatiques les plus préoccupants au regard de la vulnérabilité de nos sociétés et de l’évolution attendue de leur fréquence et leur intensité au XXIe siècle. 

Qu’appelle-t-on vague de chaleur ?

Les vagues de chaleur correspondent à des températures anormalement élevées, observées pendant plusieurs jours consécutifs. Mais il n’existe pas de définition universelle du phénomène : les niveaux de température et la durée de l’épisode qui permettent de caractériser une vague de chaleur varient selon les régions du monde et les domaines considérés (caractérisation d’un point de vue climatologique, activité de recherche, dispositif de vigilance météorologique).

Vagues de chaleur : en France, l’effet du changement climatique est-il déjà sensible ? 

Le recensement des vagues de chaleur depuis 1947 indique clairement que la fréquence et l’intensité de ces événements a augmenté.

 L'occurrence de vague de chaleur en France, qui était en moyenne d'un été tous les 5 ans avant 1989, est devenue annuelle depuis l'an 2000.

Alors que la France connaissait en moyenne 1,7 jour de vagues de chaleur par an avant 1989, elle en a subi 7,95 jours par an depuis 2000 et à 9,4 sur la dernière décennie.

Les événements plus longs et plus intenses ont également été plus fréquents ces dernières années. Les trois vagues de chaleur les plus longues et 3 des 4 plus intenses se sont produites après 1981.

  • Des chiffres édifiants
  • Sur les 41 vagues de chaleurs détectées depuis 1947 :

    • 9 ont eu lieu avant 1989, contre 32 entre 1989 et 2019. Il y a donc eu 3 fois plus de vagues de chaleur ces 30 dernières années que durant les 42 années précédentes ;

    • 22 vagues de chaleur, soit plus de la moitié, ont eu lieu après 2000 ;

    • depuis 2010, on dénombre 17 vagues de chaleur (seule l’année 2014 n’en a pas subi), autant que sur la période 1947-2000.

     

    Vagues de chaleur et canicules seront-elles plus fréquentes et plus intenses à l’avenir ?

    Quel que soit le scénario d’émission de gaz à effet de serre envisagé, le réchauffement planétaire se poursuivra pendant au moins plusieurs décennies et s’accompagnera de vagues de chaleur de plus en plus fréquentes et intenses. En France, leur fréquence et leur intensité devraient augmenter au cours du siècle, avec un rythme différent entre l’horizon proche (2021-2050) et la fin de siècle (2071-2100). 

    La fréquence des événements devrait doubler d’ici à 2050. En fin de siècle, ils pourraient être non seulement bien plus fréquents qu’aujourd’hui mais aussi beaucoup plus sévères et plus longs, avec une période d’occurrence étendue de la fin mai au début du mois d’octobre. Le contrôle des émissions de gaz à effet de serre sera déterminant pour leur stabilisation dans la seconde moitié du XXIe siècle. 

    Avec une politique climatique conduisant à stabiliser le réchauffement climatique avant la fin du siècle, le nombre de jours de vagues de chaleur ne devrait augmenter que faiblement au cours de la deuxième moitié du XXIe siècle. 

    Sans politique climatique, il y a 3 chances sur 4 pour que le nombre annuel de jours de vagues de chaleur augmente de 5 à 25 jours en fin de siècle selon les régions par rapport à la période 1976- 2005. 

    Une augmentation des records chauds

    Le climat change : c’est ce qu’évoquent les nombreux records battus dans l’actualité climatique récente. Plus la série de mesure est longue, plus il devrait en effet être difficile de battre des records. Ce n’est pas le cas. L’évolution des records chauds et froids visible ci-dessous traduit le réchauffement climatique.

     

    Évolution des records chauds et froids de l'indicateur thermique France de température moyenne quotidienne sur la période 1951-2018.

    Ce graphe est basé sur la série de température moyenne quotidienne en France (moyenne de 30 stations) depuis 1947. Chaque année on décompte le nombre de records quotidiens chauds ou froids qui ont été battus en tenant compte de la longueur de la série. 

    Dans un climat stationnaire, le nombre de records chauds (courbe rouge) et froids (courbe bleue) devraient être équivalents. Sur notre graphe, la valeur théorique (courbe noire), identique chaque année, est égale à 1. Mais ce n’est pas ce qu’on observe :

    • depuis le milieu des années 1980, les records chauds (courbe rouge) sont systématiquement plus nombreux que les records froids (courbe bleue) ;

    • depuis le début du XXIe siècle, on a observé en moyenne deux fois plus de records chauds que la normale mais quatre fois moins de records froids ;

    • en 2019, 9 records chauds ont déjà été battus mais toujours aucun record froid !