Précipitations Illustration pluies intenses

Getty Images

Les pluies intenses

27/02/2020

Les pluies intenses sont des précipitations qui apportent sur une courte durée une importante quantité d'eau. Quelle est leur origine ? Quels dangers peuvent-elles engendrer ? Quels sont les lieux les plus touchés ? Quelles sont les périodes de l’année les plus concernées ?

Qu’entend-t-on par pluies intenses ?

Ce sont des pluies qui apportent sur une courte durée (d'une heure à une journée) une importante quantité d'eau. Cette quantité peut égaler celle reçue habituellement en un mois, voire en plusieurs mois.

Des cumuls de l'ordre de 50 mm* en 24 heures dans la plupart des régions de plaine et de l'ordre de 100 mm en 24 heures dans les régions montagneuses sont considérés comme des seuils critiques. Le dépassement de ces seuils peut provoquer, lorsque la nature du terrain s'y prête, de graves inondations.

Pour les phénomènes les plus violents, le cumul des précipitations dépasse généralement les 100 mm en une heure. Dans le Sud de la France, les cumuls observés peuvent même dépasser 500 mm en 24 heures.

Pour aller plus loin : Le site Pluies Extrêmes, pour tout savoir sur les épisodes de pluies extrêmes depuis 1958 pour la métropole et 1965 pour l'outre-mer.

 

Pluies intenses : quels sont les dangers ? Comment se comporter ?

Les dégâts provoqués dépendent des caractéristiques de la zone touchée : le relief, la nature et l'état de saturation en eau du sol, l'implantation des activités humaines et les mesures préventives telles que les barrages, l'aménagement de zones inondables.

Le phénomène peut passer inaperçu dans une zone peu habitée. En secteur urbain, le fort ruissellement sur les surfaces imperméabilisées peut saturer le réseau d'évacuation des eaux pluviales et causer des inondations avec des dégâts considérables (Nîmes, le 3 octobre 1988).

Les précipitations intenses provoquent aussi des crues-éclair dévastatrices, en particulier dans les zones montagneuses (Vaison-la-Romaine le 22 septembre 1992Le Grand-Bornand le 14 juillet 1987).

Les dégâts peuvent être aggravés par d'autres facteurs : violentes rafales de vent, glissements de terrain, ruptures de digues, grêle, fortes vagues.

Les 8 bons comportements

Pour rester informer, consultez la carte de vigilance météorologique ainsi que Vigicrues.

Origine et périodes des pluies intenses

Les fortes précipitations peuvent résulter de plusieurs phénomènes : une perturbation associée à des pluies abondantes à caractère persistant, une succession d'orages localisés ou des orages violents et stationnaires.

Les grosses cellules orageuses ont une dimension de plusieurs dizaines de kilomètres et une durée de vie qui peut dépasser une heure. En été principalement, les orages peuvent aussi se regrouper dans de vastes systèmes nuageux. Leur dimension peut alors dépasser plusieurs centaines de kilomètres et leur durée de vie 24 heures.

À quelle période se produisent les pluies intenses ?

Des précipitations intenses sont observées en toutes saisons.
Mais les deux périodes les plus propices sont :

  • de mai à septembre, lorsque la plupart des orages se produisent sur l'Hexagone,

  • l'automne, saison particulièrement favorable aux fortes précipitations dans les régions méditerranéennes, quand l'air en altitude se refroidit plus vite que la Méditerranée encore chaude.

Quelles sont les régions exposées ?

Toute la France métropolitaine peut être exposée à de fortes précipitations. Elles sont cependant plus fréquentes dans les régions méditerranéennes et les régions montagneuses. Lorsque les régions méditerranéennes sont touchées, on parle alors d’épisode méditerranéen ou de pluie cévenole (-→lien).

Le Gard, l'Ardèche, puis l'Hérault et la Lozère figurent en tête des départements où on observe le plus souvent des épisodes apportant plus de 200 mm* de pluie en 1 jour en moyenne par an (Gard et Ardèche : en moyenne 1 fois par an, Hérault et Lozère : en moyenne tous les 1 à 2 ans)**.

Les régions de montagne sont plus fréquemment touchées par les orages que les plaines : le relief tend à bloquer le déplacement des nuages, l'air se soulève et provoque un renforcement de l'activité orageuse. Cela a pour conséquence une augmentation des précipitations sur le versant des reliefs exposé au vent.
 

* 1 mm = 1 litre d'eau/m2
** Source site Pluies extrêmes