Planète Le Mont Rose en Italie

Twitter / Stefano Di Battista @pinturicchio_60

Descente d’air arctique en Europe

08/04/2021

Hier mercredi, des rivages néerlandais aux confins de la Bosnie et du Montenegro, les sols étaient enneigés, parfois nettement. Ces précipitations hivernales se sont produites dans une masse d’air remarquablement froid entraînée par des courants de nord à nord-ouest – un air en provenance directe de l’Arctique. À la clé un enneigement conséquent sur le flanc nord des Alpes et en plaine mais surtout des températures record pour un mois d’avril, particulièrement en haute montagne.

Coup de poing arctique sur l’ouest du continent

Dans une circulation très ondulante en ce début de printemps, avec des courants-jet s’orientant très nettement selon un axe méridien, nous avons subi d’impressionnantes variations de temps, avec un frais début de printemps après l’équinoxe, avant une poussée estivale inédite si tôt dans l’année à la toute fin du mois de mars. Ces premiers jours d’avril ont été ensuite marqués en Europe de l’Ouest par une descente d’air arctique remarquablement dynamique. Celui-ci a plongé directement depuis le nord-est du Groenland pour s’engouffrer en mer de Norvège, puis mer du Nord lundi. Cette descente d’air froid s’est matérialisée par un vaste front atlantique et européen (voir l’animation satellite) – conflit de masse d’air qui s’est révélé peu actif en France dans un contexte de hautes pressions, mais qui a coulé vers les Alpes puis le bassin du Danube avec des précipitations hivernales parfois conséquentes.

Rétrotrajectoire de la masse d'air arrivée sur Paris lundi soir 5 avril 2021. © NOAA.

Records de froid en haute montagne sur tout l’arc alpin

Cet air froid remarquablement sec s’est instabilisé dans les plaines du nord de l’Europe pour produire des giboulées de neige jusqu’en plaine, avec des tenues au sol concentrées selon l’axe des courants les plus forts, c’est-à-dire des rives sud-est de la mer du Nord aux côtes croates. Cette extrême sécheresse de l’air a « permis » aux températures de plonger à des niveaux de froid record (dans les grandes lignes, un air sec se refroidit plus facilement qu’un air humide) tel qu’on l’a connu mardi et hier mercredi en France, mais aussi sur tout l’arc alpin : la chaîne de montagne aux sept nationalités a connu une nuit historique pour un mois d’avril avec de nombreux record en haute altitude.

Jungfrau (Suisse) : -26,3 °C nouveau record mensuel battant les -26,0 °C d’avril 1973.

Massif du Mont Rose (Italie) : -26,8 °C à Pian Rosa (3 480 m), sur un plateau intermédiaire à l’ouest du massif (à quelques dixièmes des -27,6 °C du 7 avril 1956), et jusqu’à -33,2 °C – record mensuel largement battu – au refuge de la Reine-Marguerite à 4 560 m, le plus haut refuge d’Europe.

La Masse (France) : à la pointe de la Masse (2 800 m), -20,1 °C record mensuel et minimale de la saison 2020/2021 !

D’ailleurs, cette isotherme - 20 °C est passée sous les 3 000 m d’altitude pour la première fois de la saison dans les Alpes françaises, produisant des records mensuels sur l’ensemble du réseau nivôse au-dessus de 2 300 m (réseau d’observation du manteau neigeux de Météo-France).

Neige et températures glaciales de la Slovénie à la Croatie

Dans le lit de cette rivière arctique, la nuit de mardi à mercredi a été glaciale, de la Slovénie à la Croatie, et sur une épaisse couche de neige fraîche (une vingtaine de centimètres jusqu’à basse altitude entre Slovénie et ouest Croatie), les températures ont plongé  : nouveau record national de froid en Slovénie avec -20,6 °C à Nova Vas na Blokah (700 m). La température est descendue jusqu’à -12 °C à Gospić en Croatie.