Planète Le medicane Ianos approche le Sud-Ouest la Grèce - image satellite du 17 septembre 2020.

Météo-France

Le medicane Ianos frappe la Grèce

18/09/2020

Une dépression méditerranéenne aux caractéristiques tropicales ou « medicane » baptisée Ianos a touché terre ce vendredi 18 septembre à l'ouest de la Grèce entraînant des pluies diluviennes et des vents violents, dignes d’une tempête tropicale.

Qu'est-ce qu'un medicane ?

Le terme " medicane " est la contraction de " mediterranean hurricane ". Il s'agit d'une dépression qui se creuse sur le domaine méditerranéen et prend des caractéristiques de système tropical, tempête ou cyclone tropical selon son intensité. 

Ces dépressions, souvent issues des moyennes latitudes, se forment plus souvent en automne, quand la mer est encore chaude. Elles peuvent alors devenir des systèmes symétriques à cœur chaud qui caractérisent les cyclones. 

Les mécanismes de formation sont similaires à ceux des cyclones : dans une masse d'air instable, ces dépressions sont alimentées en énergie par les eaux chaudes de la Méditerranée. La très forte convection va contribuer à creuser la dépression. Leur genèse cependant est différente.

Un œil peut alors se former. Ces systèmes qui restent, à nos latitudes, de plus petite taille que les cyclones tropicaux peuvent cependant atteindre l'intensité d'un ouragan. Les medicanes peuvent engendrer de très fortes pluies et des rafales de vent violentes.

Un Medicane est un phénomène hybride possédant quelques caractéristiques des cyclones et d'autres des dépressions plus classiques des latitudes moyennes.

Comment s'est formé le medicane Ianos ?

Ianos est issu d’une ancienne vallée froide d’altitude (on parle de « thalweg » en météo), qui s’était échoué en Méditerranée occidentale dès le 7 septembre sous forme d’une goutte froide. Cela en fait d’ailleurs une première différence avec un cyclone dans son mode de formation (les cyclones tropicaux se forment au sein de masses d’air tropicales à tous les niveaux, alors qu’un medicane a forcément besoin d’un précurseur froid d’altitude pour initier une convection). Au sein de ce minimum, des paquets d’orages ont fréquemment évolué entre les Baléares et la mer Tyrrhénienne.

Ces systèmes convectifs, d'abord isolés, d’abord anarchiques, se sont organisés alors progressivement autour du centre dépressionnaire et ont vu leur activité s'intensifier avec le renforcement des vents. Ce sont en effet les vents qui permettent d'extraire l'humidité et la chaleur de la mer pour la transférer ensuite aux systèmes convectifs. Durant cette phase, on a pu alors voir sur les images satellites des amas nuageux s'organiser en des bandes nuageuses qui s'enroulent progressivement autour du centre de la dépression.

Quelles conséquences en Grèce ?

Le puissant système a impacté ce vendredi matin les îles Ioniennes (surtout les îles Céphalonie, Leucade et Zante) avec des vents violents, des pluies intenses et de fortes vagues. On a mesuré des rafales jusqu'à 111 km/h à Céphalonie et à Zante. 

Le sud-ouest de la Grèce est toujours en vigilance rouge pour vents violents, orages et fortes pluies. Les pluies diluviennes pourraient constituer le risque majeur avec 100 à 200 mm prévus sur de vastes zones mais avec potentiellement 300 à 500 mm sur les contreforts des montagnes de la Grèce centrale, voire du Péloponnèse, avec des effets dus au relief. Les seules quantités de pluie envisagées caractérisent un épisode méditerranéen potentiellement sévère.

Ianos se dirige sur le relief du Péloponnèse et la Grèce continentale où d'intenses précipitations liées à l'orographie sont en cours. Elles peuvent engendrer des inondations et des crues éclairs. 

Restez informés en consultant Meteoalarm ici. 

En 2018, la Grèce était déjà frappée par Zorbas : ces événements ont -ils tendance à être plus fréquents ?

Ce n’est pas un phénomène nouveau ! On en recense épisodiquement depuis que les mesures satellite existent. Jusqu’en 2015, on en recensait un tous les 2 à 5 ans à peu près, plutôt à l’automne ou au début d’hiver, ce qui correspond à la période où on peut à la fois avoir les eaux les plus chaudes et du dynamisme d’altitude. Toutefois, ces cinq dernières années (depuis 2016), on a pu observer un medicane chaque automne :

  • le 30 octobre 2016, un medicane se forme au large du sud-ouest de la Grèce ; 
  • les 18-19 novembre 2017, Numa a touché terre sur l’ouest de la Grèce ; 
  • le 29 septembre 2018 : la Grèce et Crète ont été touchées par des rafales à 100-130 voire 150 km/h liées au medicane Zorbas ;
  • le 11 novembre 2019 : la tempête Bernadro est nommée par les services météorologiques espagnols, entre les Baléares et les côtes algériennes ;
  • les 16-18 septembre 2020 : Ianos menace l'ouest de la Grèce.

Il est cependant très difficile d'en déduire un signal climatique. En effet, il n'existe pas de base climatologique de référence. Les medicanes restent des phénomènes peu courants. Le faible nombre d'épisodes rend très difficile l'élaboration de statistiques. Le terme " medicane " lui-même est apparu récemment, et cela ne fait que quelques années que ces systèmes sont nommés. On manque donc de recul et d'observation pour établir un signal climatique.

hello world
'568934'