A la une L'été 2022 a été marqué par des conditions météorologiques exceptionnelles. Il pourrait être normal après 2050.

Getty Images

Changement climatique : l'été 2022 et ses extrêmes météorologiques pourraient être la norme après 2050

30/08/2022

L'été 2022 a été marqué par des conditions météorologiques exceptionnelles. Il pourrait correspondre à un été normal en milieu de siècle. 

Canicule, sécheresse, feux de forêts, orages violents … l’été 2022 a été marqué par des phénomènes météorologiques extrêmes exceptionnels. Du point de vue de la température moyenne, il pourrait correspondre à un été normal en France en milieu de siècle, sauf en cas de réduction massive et immédiate des émissions de gaz à effet de serre. Cet été hors norme aux conséquences importantes sur notre société souligne les conséquences du changement climatique à l’œuvre sur notre territoire.
 

Un des étés les plus chauds jamais observé en France

L’été 2022 (juin-juillet-août) est le deuxième été le plus chaud observé en France depuis au moins 1900 avec un écart de +2,3 °C par rapport à la moyenne 1991-2020. L’été 2003 reste le plus chaud jamais mesuré en France avec une anomalie de température de +2,7 °C.

Un nombre record de jours de vagues de chaleur

Cet été 2022 a subi trois vagues de chaleur : du 15 au 19 juin, du 12 au 25 juillet et du 31 juillet au 13 août, pour un total inédit depuis 1947 de 33 jours de vagues de chaleur (contre 22 jours de vagues de chaleur en 2003) même si la sévérité cumulée des épisodes de l’été 2022 reste nettement inférieure à celle de l’été 2003. 

Une chaleur record

La France a connu cet été une chaleur inédite, que peut illustrer de nombreux records battus cet été :

  • 40 °C les plus précoces jamais mesurés : dès le 16 juin, on mesurait plus de 40 °C  à Saint-Jean-de-Minervois. Jamais auparavant un telle chaleur n’avait été observée si tôt dans la saison en France continentale ;
  • 40 °C atteint dans le Finistère Nord. Cet été, les 40 °C ont été atteints en Finistère Nord, ce qui n’avait jamais été mesuré dans cette zone depuis le début des mesures ;
  • on a également enregistré plus de 30 °C sur l'île de Ouessant ;
  • le seuil des 40 °C a aussi été atteint en juin, en juillet et en août à Nîmes, ce qui constitue une série inédite ;
  • nuits tropicales sur la Riviera. Influencée par la température élevée de la Méditerranée, les nuits chaudes y deviennent la norme au cœur de l’été. Depuis le 30 juin, Nice a ainsi connu 56 nuits dites tropicales consécutives.
    Qu'est qu'une nuit tropicale ? 

Records de chaleur battus en 2022 et écart par rapport aux précédents records.

Changement climatique : des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses

Avec le changement climatique, la France fait face depuis les dernières décennies à des vagues de chaleur plus fréquentes et plus intenses. Les vagues de chaleur font partie des extrêmes climatiques les plus préoccupants au regard de la vulnérabilité de nos sociétés et de l’augmentation attendue de leur fréquence et leur intensité au XXIe siècle. Cette augmentation est inéluctable pour les prochaines décennies du fait de la poursuite d’émissions de gaz à effet de serre ces prochaines années, seule l’atteinte d’émissions nettes nulles au niveau planétaire conduit à stabiliser le niveau de réchauffement climatique et donc l’ampleur des vagues de chaleur. 

En savoir plus : vagues de chaleur et changement climatique 

Une situation de sécheresse historique

Cet été se classe parmi les dix étés les plus secs en France

Une très forte sécheresse météorologique a concerné la majeure partie de la France. Sur les trois mois d’été, le déficit pluviométrique a atteint les 25 % à l’échelle nationale. Une situation inédite qui n’avait de probabilité de se produire qu’une fois tous les 25 ans en moyenne. Cette sécheresse a concerné l’ensemble du territoire, gagnant en août une superficie plus généralisée qu’en 1976 et 2003.

La sécheresse et la chaleur estivale sont venues aggraver une situation déjà installée : le déficit pluviométrique à l’échelle de la France sur la période de janvier à juillet atteint 33 %. Il concerne toutes les régions, ce qui est inédit par rapport aux événements passés comme 1976 (concernant principalement la moitié nord) ou 2003 (principalement la moitié sud-est du pays).

À l’échelle nationale, l’indice d’humidité des sols a atteint un niveau de sécheresse remarquable à partir de début mai (valeur rencontrée en moyenne 1 année sur 10) et est même resté à des valeurs records entre le 17 juillet et le 14 août sans interruption (pire que 1976 à la même période). Ce niveau de record a concerné plusieurs régions (Grand Est, Occitanie et Corse) ainsi que la région PACA où il avait été atteint dès le mois de mai.
 

L’impact du changement climatique sur les sécheresses
Le changement climatique renforce l’intensité et la durée des sécheresses des sols. Des températures plus élevées favorisent en effet l’évaporation.
En France,  les sécheresses du sol sont plus fréquentes et plus intenses, particulièrement depuis la fin des années 1980. Cette tendance s’accentuera dans un futur proche. En 2050, les projections climatiques indiquent une diminution des cumuls de pluies en été en France de l’ordre de 10 % par rapport à ce que l’on connaît aujourd’hui. Les sécheresses seront plus longues : en moyenne de 5 à 10 jours supplémentaires en été.

En savoir plus

Des feux de forêts d’une ampleur et d’une extension spatiale inégalées

L’état de sécheresse généralisé, les fortes températures et les situations météorologiques rencontrées cet été ont accentué le risque de feux de forêts. Le Sud-ouest a ainsi été frappé par des feux majeurs. Ceux-ci connaissent à l’été 2022 une ampleur inégalée au XXIe siècle.
Au-delà de l'ampleur, c'est aussi leur généralisation sur le territoire qui est inédite et différente de la situation de 2003 : les feux ont cet été aussi concerné la Bretagne, les Alpes du Nord, le Jura ...
 

L’impact du changement climatique sur les feux de forêts

En France, le changement climatique entraîne une augmentation du danger de feux de forêts, en asséchant la végétation et en augmentant l’intensité et la fréquence des vagues de chaleur. Les projections climatiques futures indiquent une augmentation de la fréquence des jours présentant un danger météorologique de feux de forêts pour les prochaines décennies. On s’attend également à un allongement de la saison propice aux incendies qui débuterait plus tôt au printemps pour se terminer plus tardivement en automne. Sous l’effet du changement climatique, le danger ne concerne déjà plus seulement le sud de la France, avec une extension croissante des territoires concernés vers le nord de la France dont les projections indiquent un renforcement à l’avenir.

En savoir plus 

Canicule océanique en mer Méditerranée

Fin juillet, la température de surface de la mer a régulièrement atteint 27 à 30 °C entre la mer Tyrrhénienne et la mer des Baléares, soit 4 à 6 degrés au-dessus de la normale. Durant la journée du dimanche 24 juillet 2022, la bouée au large d’Alistro en Corse a même enregistré une pointe à 30,7 °C et encore 30,5 °C le 6 août. On parle de canicule océanique. Celle-ci ont des conséquences sur les écosystèmes marins. Avec le changement climatique, les canicules océaniques seront plus intenses, plus étendues et plus longues.

En savoir plus :

Doit-on s’attendre à l’automne à des épisodes méditerranéens plus sévères  ? 

Les épisodes méditerranéens peuvent se produire sur l’ensemble du pourtour méditerranéen entre fin août et fin décembre. Une température anormalement chaude de la mer Méditerranée en automne peut les rendre plus intenses en permettant à l’atmosphère de stocker plus d’humidité sur son trajet vers les côtes. Il est important de noter néanmoins que la température de la mer n’est qu’un des ingrédients nécessaires à la survenue des quantités importantes de pluie et ne saurait être suffisante. C’est avant tout les conditions atmosphériques, non prévisibles à ce stade, qui détermineront l’occurrence et l’intensité des épisodes méditerranéens de 2022.
En savoir plus : épisodes méditerranéens et changement climatique.